Le mois de septembre est synonyme pour la grande majorité des Français de fatigue. Rentrée scolaire, reprise du travail, rythme effréné, stress, charge mentale, changement de saison… sont autant de changement très consommateurs d’énergie, qui affaiblissent nos organismes.

Pour faire face à cette période charnière, et ne pas laisser une fatigue passagère se transformer en fatigue chronique ; il est important de soigner son hygiène de vie et de se supplémenter en produits de santé naturelle.

Les besoins énergétiques : c’est quoi ?

Les besoins énergétiques correspondent à l’énergie dont l’organisme a besoin pour assurer :

  • les fonctions vitales telles que la respiration, la digestion…
  • les dépenses énergétiques liées à notre activité : travail, déplacements, sports…

L’énergie est apportée par l’alimentation. La digestion est un processus de fragmentation des aliments qui commence dans la bouche et se poursuit dans l’estomac. Une fois dans l’intestin, les substances utilisables telles que l’énergie et les nutriments sont redirigés dans le sang, les matières non utilisées ; sont éliminées.  Le cœur en jouant son rôle de pompe ; envoie le sang riche en oxygène et énergie dans l’ensemble de l’organisme pour alimenter les différents organes et muscles.

Les besoins énergétiques diffèrent d’un individu à l’autre en fonction de son sexe, de son âge, de son métabolisme et de son activité physique.

L’Anses a déterminé des indicateurs en fonction du sexe et de l’âge, servant de repère mais devant bien évidement être adaptés à l’activité physique de chacun.

Type de population Recommandations
Femmes de 20 à 40 ans 2 200 kcal / jour
Hommes de 20 à 40 ans 2 700 kcal / jour
Femmes de 40 à 60 ans 2 500 kcal / jour
Hommes de 40 à 60 ans 2 700 kcal / jour
Enfants de 3 ans 1 200 kcal / jour
Enfants de 5 ans 1 400 kcal / jour
Enfants de 7 ans 1 900 kcal / jour
Enfants de 9 ans 2100 kcal / jour
Adolescents 2 200 kcal à 3 000 kcal / jour

Quelles sont les causes et les conséquences d’une baisse de vitalité ?

Les causes d’une baisse de tonus sont souvent multifactorielles.

1 – Une alimentation riche en glucides et lipides mais pauvre en micronutriments

Une alimentation saine et variée est essentielle pour répondre quantitativement et qualitativement aux besoins énergétiques.

Or la densité micro-nutritionnelle de notre alimentation ne cesse de diminuer. De nos jours, 60% de l’apport énergétique est apporté par des aliments riches en calories mais pauvres en vitamines et minéraux.

Les aliments industriels que nous consommons par manque de temps ou facilité ; suite à de nombreux traitements perdent de leurs teneurs en vitamines et minéraux. Il en est de même pour les fruits et légumes ; la culture intensive appauvrit les sols et diminue leurs richesses en oligo-éléments.

2 Le manque de sommeil

Selon une étude récente les Français dorment en moyenne moins de 7H00 par nuit, soit 1H30 de moins qu’il y a 30 ans.

A cette baisse quantitative, s’ajoute une détérioration de la qualité du sommeil pouvant se caractériser par des réveils nocturnes, des insomnies, des difficultés d’endormissement. Or le sommeil joue un rôle important dans de nombreuses fonctions de l’organisme telles que : les fonctions cognitives, l’immunité, l’équilibre cardiovasculaire et bien sur la vitalité !

3 Le stress

Si le stress est un phénomène naturel, nous permettant de rester en alerte lors de situations importantes. Sa prolongation dans le temps le rend néfaste pour notre santé à la fois physique et psychique.

On distingue 3 phases de stress :

  • La phase d’alarme, qui est la réaction instantanée à toutes les situations stressantes du quotidien.
  • La phase de résistance, qui se déclenche lorsque les périodes de stress perdurent dans le temps, obligeant l’organisme à intensifier la production d‘hormones ou de neurotransmetteurs tels que : L’adrénaline, la noradrénaline, le cortisol… pour y faire face.
  • La phase d’épuisement, qui correspond au moment où le corps n’est plus en mesure de répondre physiologiquement aux situations quotidiennes de stress.

Sur le long terme ces situations de stress prolongées génèrent via la symphonie hormonale une fatigue pouvant devenir chronique et conduire même jusqu’au burn-out.

Comment retrouver son énergie ?

En cas de fatigue passagère ou chronique, il est important de s’attaquer en premier lieu aux différentes causes en :

  • Adoptant une alimentation saine et variée ;
  • Modifiant son rythme de sommeil ; en favorisant des heures de coucher et de réveil régulières par exemple ;
  • Gérant mieux son stress. Identifier les sources de stress, peut-être un premier pas  intéressant dans la gestion et la maîtrise de ce dernier.

En parallèle de ces règles hygiéno-diététiques basiques mais essentielles ; une supplémentation adaptée à son mode de vie et à son alimentation se justifie notamment à cette période de l’année.

Pour les enfants

Parce que les enfants sont souvent les premières victimes de notre cadence infernale à laquelle s’ajoute la rentrée des classes, les activités extra-scolaires… ; il est important de préserver également leur vitalité.

Pour se faire ; une supplémentation en produit de santé naturelle dès le mois de septembre est idéale pour un automne et un hiver sereins. On privilégie les formules riches en vitamines A, C, E, K et B et en Sélénium et Zinc. Conscient de l’importance de l’alimentation et tenant compte du déficit micro-nutritionnel de cette dernière ainsi que de la difficulté à faire manger aux enfants des fruits et de légumes ; on privilégie les formules intelligentes enrichies en fruits et légumes. En, fonction de l’âge des enfants on opte pour la bonne galénique : gommes ou sirop.

Si les principes actifs font l’intérêt  de la formule, il est important de contrôler rigoureusement la liste exhaustive des ingrédients  : on vérifie que les arômes soient naturels, sans conservateurs, sans gélatine…

Pour les adultes

Il existe une multitude de formules combinant des vitamines, des minéraux et des plantes aux vertus dynamisantes ; mais le tonique par excellence de référence reste la vitamine C issue de l’Acérola. Originaire d’Amérique du Sud et des Antilles ; ce petit fruit rouge est un concentré de vitamines, de minéraux, d’antioxydants et surtout de vitamine C.  Sa teneur en vitamine C naturelle en fait la vitamine antifatigue par excellence.

En complément d’un mode de vie sain et d’une supplémentation adaptée, la pratique sportive en libérant des endorphines et de la sérotonine a des effets positifs sur le moral, le sommeil ainsi que le stress et par conséquent sur notre vitalité.

Bonne nouvelle il suffit de pratiquer seulement 30 minutes de sport pour en sentir les bienfaits.

Pour aller plus loin

Parce que vitalité et immunité vont souvent de pair, on pense à supplémenter toute la famille en vitamine D3 si possible naturelle sur un support huileux pour améliorer son assimilation. Souvent extraite de la lanoline, il existe maintenant de nouvelles sources végétales de vitamine D3 issues du lichen, compatibles avec le véganisme.

Pour plus d’efficacité et de tolérance, on opte pour une supplémentation quotidienne plutôt que trimestrielle.

ARTICLES SIMILAIRES